Notes concernant les villages de Saint Bonnet L’Enfantier

 

 


 

Le Bourg

         En 1698, François de Boussac, écuyer, Seigneur du Vert, demeurant à Donzenac, fait hommage au Seigneur de Chanac, du tènement des Faures, composé de la tierce partie du bourg de Saint Bonnet, sur lequel il est une rente de 8 setiers de seigle, une émine froment et de 2 setiers d’avoine, mesure de Comborn, 46 sols, 8 deniers argents, 3 gélines et journal d’hommes, une vinade, une paire de bœufs, confrontant ledit tènement aux villages de La Borde, Genouilhac, Peyrat et Cessac.


 

Le Bleitout

         C’était un petit village près de Sireix. Une terre conserve encore ce nom. On y a retrouvé les fondations de maisons.


 

La Borde

         Village occupé par les pères missionnaires du saint Esprit jusqu’en 1947; ils construirent une maison de repos pour leurs pères. En 1936, il fut question d’y mettre des orphelins d’Auteuil.

 

         Une des maisons anciennes était appelée le château. Il était possédé par une famille noble les Dumirats de la Tour. Cette famille, dès le XIII° siècle, rendait hommage à l’Évêque de Limoges pour les biens qu’elle possédait à Allassac. Un Bertrand de la Tour fut doyen du Chapitre de Tulle et official du diocèse en 1628. Un autre fut gouverneur de la ville de Tulle en 1696. En 1726, on trouve un bail de Martin Dumirat, Seigneur de la Tour, de tous les biens qu’il possède à la Borde.

         A la date de 1674, Louis de Rouffignac, Seigneur d’Allassac fait hommage à l’Évêque de Limoges pour ses biens relevant de l’Évêque du village de La Borde, en justice, fondalité et rentes.

         A la date de 1779, on trouve un bail d’un domaine situé à La Borde, appartenant à Jacques Dubois, Seigneur de St Hilaire Peyroux, baron de Chameyrat et de Favars. En 1735, il avait fait l’acquisition pour le prix de 800 livres à Elisabeth Peyrat, veuve de François Bardon, d’un bois situé sur le chemin conduisant de La Borde à La Chapelle.


 

Bugeat

         Antoine Bardon de la Combe, bourgeois de Bugeat, vendit à Bernard Cramier pour le prix de 230 livres, 2 sétérées de pré situés à Peyrat en 1731 et en 1733, à Jean Loubriac sieur de Ridoulés, un pré appelé de Chaponner confrontant aux prés de la Chartreuse du Glandiez à la Chapelle.

         En 1745, François Bardons vendit à Pierre Randon un pré et une terre situés à Bugeat et mouvant du Baron de Donzenac.

         En 1781, il y eut une vente par Léonard Trarieux, praticien au village du Monteil, à Mr Jean Baptiste Nauche, bourgeois, de deux sétérées d’un bois de châtaigniers situé au village de Bugeat et mouvant du Prince de Soubise.

         La maison possédée par la famille Bouysse-Chadebec, de la Valade, appartint aux familles Nauche

 

 

La maison possédée par la famille Bouysse-Chadebec, de la Valade, appartint aux familles Nauche et Beynes. Un Chadebec de La Valade, demeurant à Bugeat, maître chirurgien, originaire à Saint Germain Les Vergnes, fut institué Juge de La Chapelle Geneste par les Chartreux le 21 novembre 1785.


 

Chadapeau

         Antoine de Borderie, sieur de Chadapeau en 1611, fait peindre une ceinture à ses armes en la Chapelle de Saint Bonnet, église de Saint Pierre de Tulle. Son fils Martial, fut conseiller au Présidial de Tulle en 1653.

         Mr Asselineau, ancien sous préfet de Brive, avait propriété à Chadapeau en 1848.

         Plus récemment, Mr Lafarge, ancien député, agrégé en droit, la posséda.


 

La Chapelle

       Nous trouvons diverses sentences de l’ordinaire de La Chapelle Geneste

         * 1772 : déclaration de Pierre Chaumeil de La Chassagne, juge de La chapelle Geneste, sortant que « témérairement et méchamment, il a proféré contre Sieur François Duval, avocat, des injures, qu’il s’en repent, lui en demande pardon, excuse et pardon, le tient pour homme de biens et d’honneur.

         * 1774-1775 : vente par Pierre Chaumeil de La Chassagne, juge de la Chapelle Geneste, à Pierre Drulholes, laboureur du village de Chaunac pour le prix de 400 livres, d’un pré de quatre sétérées appelée La Goutte.

         * 1774-1777 : époque de congé donné à un locataire et validité du congé entre Eymar Sioussat, cabaretier, et le Sieur Pierre Chaumeil. Pierre Chaumeil, juge de La Chapelle Geneste, est apparemment issue de la famille notable Chômeil ou Chaumeil de La Chassagne de saint Mexant.


 

La Combe

       En 1694, une sentence fût rendue à l’ordinaire de la Chapelle Geneste, condamnant François Charbon, procureur d’office de Donzenac, comme héritier de François Espeyruc et de Jean Laborie, laboureur, à payer à Pierre Bardicon, sieur de La Combe, leur côte part de vente sur le tènement de Peyrat.

       En 1697, une saisie fut faîte à la requête de Pierre Bardicon, sieur de La Combe, paroisse de Saint Bonnet des sommes dues à Messire Antoine de Salis et Pierre d’Espeyruc par Jean Bardon, praticien de Saint Bonnet.


 

Le Coudert

       A la date de 1775, un bail de métairie du domaine de Coudert a été établi, métairie appartenant aux Chartreux du Glandier.

       En 1777, Julien Veyriéras, bourgeois de la Chapelle Geneste, vendit à Jacques Farge pour le prix de 50 livres, un bois de châtaigniers situé à Coudert.

       On a trouvé dans les champs de ce village, cinq pièces d’or romaines ; ce qui laisserait supposer un anArgueyrolle.cien camp romain. Village jadis de 25 feux.

 

 

Jenouilhac

       Ancienne propriété de la famille Argueyrolle.


 

Les Jammets

           Vers 1031– 1060, Gilbert de Malemort donna au monastère de Saint Pierre de Vigeois, pour le rachat de son âme et celle de son père et de sa mère, ainsi que celle de tous ses parents, une manse, c’est à dire, une exploitation de terre appelée Jammets à Saint Bonnet.


 

La Montagne

         En 1743, Jeanne de Boussac, veuve de François de Lentillac, comte de Sédières, vend à Jacques Daudy, bourgeois de Donzenac, un pré de la Venelle situé au village de la Montagne.


 

Le Monteil

         En 1781, il y eût une vente par Léonard Trarieux, praticien du village du Monteil, à J B Nauche, bourgeois, de 2 sétérées d’un bois de châtaigniers situés à Bugeat et mouvant du prince de Soubise.


 

Les Panisseaux

         Dépendance de La Borde.


 

Peyrat

         Les Chartreux possédaient des rentes à Peyrat : quittance enregistrée envers François d’Espeyruc par Heliot Peyrat chargé de totaliser les rentes dues aux Chartreux sur une métairie à Peyrat et requête établie en 1715 contre Pierre d’Espeyruc, sieur de Lavaux sur les rentes dues sur le tènement de Peyrat au Prévôt de La Chapelle Geneste.

         En 1731, vente par les sieurs Bardon, bourgeois au village de Bugeat, à Bertrand Cramier, pour le prix de 230 livres, de 2 sétérées de pré situées au village de Peyrat.

         La famille de Chanac d’Allassac, maison de très haute noblesse (un des membres devint Evêque de Paris et mourut centenaire) possédait des rentes au village de Peyrat. En 1771, un arrentement fût fait par Louis Libéral Geoffre d ‘Aurissac de Brive en faveur de Jean Cessac moyennant la rente annuelle de 3 setiers, 4 sétérées de chènevière et bois et mouvant du Seigneur de Chanac.

           En 1776, il y eut un bail d’un domaine du village de Peyrat, domaine appartenant à Guillaume Gréveil, bourgeois d’Uzerche

 

 

 

             Lexique

  

       * Livre : Monnaie réelle dont la valeur a varié suivant les temps et les lieux et qui a été remplacée par le franc.

       * Tènement : Métairie dépendant d’une seigneurie.

       * Arrentement : Bail à rente.

       * Setier : Mesure de capacité des grains et des liquides dont la valeur a varié suivant les temps et les Pays.

       * Sétérée : Étendue de terre qu’on ensemence avec un setier de grains.

       * Chénevrière : Champ semé de chanvre.

       * Sol (sou) : monnaie de compte, la 20è partie de l’ancienne livre.

       * Denier : Ancienne monnaie française de cuivre, qui valait la 12è partie d’un sou ou le quart d’un Liard.

       * Géline : Poule ou poularde.

      * Journal d’homme : Ancienne mesure agraire correspondant à la surface de terrain qu’un homme pouvait labourer en une journée (le journal varia suivant les provinces).

       * Vinade : Corvée qui consistait à transporter le vin d’un seigneur.

       * Praticien : Celui qui entend l’ordre et la manière de procéder en justice.

     * Manse : Au Moyen Age; on appelait manse une habitation rurale à laquelle était rattachée à perpétuité, une quantité de terre suffisante pour l’entretien d’une famille. La richesse d’un homme en biens fonds se mesurait ainsi par le nombre de manses qu’il possédait.

       * Quartelée : Ancienne mesure agraire équivalent à 27 ares 30 centiares.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coordonnées

Heures d'ouverture

La mairie et la poste  sont ouvertes au public aux heures suivantes :

du lundi au jeudi : 9h-12h et 13h30-17h

Le mercredi, vendredi et samedi : 9h-12h

 

Tous les premiers samedi du mois, mairie et poste sont fermées mais ouvertes le vendredi précédent de14h à 17h.

 

La levée du courrier a lieu tous les jours à 12h.

 

 

Mairie de St Bonnet L'enfantier
2, place de la mairie

19410 Saint Bonnet l'Enfantier

 

Tél. : 05 55 98 48 75

 

Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire de contact en ligne.